vendredi 25 juillet 2008

Interview de Kylie Minogue spéciale "cinéma" parue dans Wad en aout 2007

http://zik4zik.generationmp3.com/wp-content/blogs.dir/8/files/JuuL/Kylie_Minogue.jpg
Texte : Violaine Schutz

Kylie Minogue

On ne présente plus Kylie Minogue, la mini Australienne qui a mis le monde et la hype à ses pieds, de Nick Cave à Karl Lagerfeld en passant par les Scissor Sisters. Mais si l’on connaît bien la pop star dont le prochain album sera enregistré avec le nouveau prodige disco écossais de 22 ans Calvin Harris, on ignore presque tout de l’actrice, qui en plus d’imprimer brillamment la pellicule, nourrit une véritable passion pour les comédies musicales des 50’s. Interview cinéphile avec une star globale.

Si tu étais un film, tu serais…

Une combinaison de road-movie, de comédie musicale des 50’s et de la scène de baisers finale de Cinema Paradiso.

Quel souvenir gardes-tu de la série australienne Skyways dans laquelle tu as débuté à 11 ans ?
C’était si amusant d’être auprès de gens créatifs et de faire de la télévision. Ce qui m’est resté de ces années là, c’est la notion du travail d’équipe, d’un groupe d’individus joignant ses forces pour faire aboutir à un projet. Et aussi le fait qu’être créatif n’excluait pas celui d’être professionnel.
Quand as-tu pensé sérieusement à devenir actrice ?
J’ai joué durant mes années de cours, et lorsque j’ai terminé l’enseignement secondaire, j’ai pris la décision de devenir vraiment actrice (à 16 ans). J’ai alors essayé d’être réaliste, donc j’ai fait comme tous les acteurs : je me suis inscrite au chômage.
Comment s’est passé ton apparition dans la sitcom Neighbours (la série qui a fait de Kylie une star en Australie et en Angleterre, à 17 ans seulement, ndr) ?
Les longues heures de tournage, et la découverte du monde de la promotion. Tous les jeunes membres de l’équipe étaient envoyés à d’interminables séances photos, shows TV, passages radios et autres apparitions publiques comme aller faire du shopping dans des centres commerciaux. Il y avait des minis-émeutes : l’hystérie ! Ensuite, c’était : se lever tôt, apprendre rapidement mon texte tout en conduisant pour aller au boulot (dans ma toute première voiture), puis make-up, coiffure, brushing, deux ou trois prises pour chaque scène, et la même chose le lendemain ! Je me souviens aussi très bien d’une salle d’attente toute verte. A l’entrée, il y avait des « trous à pigeons » dans lesquels je récupérais mon script et une nouvelle chose appelée « courrier de fans »!
Joues-tu un rôle lorsque tu montes sur scène ?
Parfois, oui. Il y a plusieurs personnages, sentiments pour chaque chanson et différents thèmes à l’intérieur du show. Il y a des parties de mon concert pendant lesquelles je suis simplement moi, interagissant avec le public et d’autres où j’use d’effets dramatiques pour créer une certaine émotion.

Quels sont tes 5 films fétiches ?
Il y en a plus que ça…Les hommes préfèrent les blondes, Metropolis, Ziegfeld Follies, Mon beau-père et moi, Singin’ In the Rain, Cinema Paradiso, La Garçonnière, Le Kid.

Peux-tu me parler de ton rôle dans Moulin Rouge?
Je posais pour une session photo à Londres quand je reçois un appel de mon manager me disant que Baz Lurhman voulait me parler d’un rôle dans Moulin Rouge. Le gros du film avait déjà été tourné et le rôle de la fée verte devait l’origine être une animation. Je suppose que Baz a changé d’avis. J’étais très enthousiaste, car j’étais fan de son travail depuis son premier film, Ballroom Dancing. Baz et moi avions travaillé ensemble en 1994 pour un numéro spécial du Vogue australien. Il avait crée une histoire de 22 pages sur l’ascension et le déclin d’une starlette Hollywoodienne des 50’s. Les photos étaient prises par le légendaire Bert Stern dans les studios de la Fox à Los Angeles. Le job de rêve!

Quels sont tes projets ?
Je suis plutôt spontanée donc je ne peux pas dire exactement de quoi sera fait mon futur. Ce sont les possibilités qui m’excitent. Je suis actuellement en train de travailler sur une comédie musicale. J’ai enregistré mon dixième album studio, et je compte partir en tournée l’année prochaine. J’ai toujours trouvé qu’il était difficile de choisir un des aspects de mon travail, mais les concerts arrivent très près du top de la liste. C’est un échange honnête, cosmique et immédiat d’énergies, et il y a toujours cet élément de l’inattendu.

www.kylie.com